01 71 56 81 83 | info@cilexcompta.com

Blog

La présente simulation détermine, en 2020 et à rémunération identique, quel est le revenu net disponible après impôts et charges d’un dirigeant de société selon qu’il est Gérant majoritaire d’une SARL ou Président d’une SAS.

Pour cette simulation, nous prenons pour hypothèse un bénéfice annuel disponible avant impôt de 100.000 € et nous déterminons quel sera le revenu net disponible pour un dirigeant possédant 100 % du capital, après déduction de toutes les charges, de l’impôt sur les sociétés, des cotisations sociales, des prélèvements sociaux sur les dividendes, et de l’impôt sur le revenu.

Le dirigeant consacre 100 % du bénéfice à sa rémunération et aux charges y attenantes (soit 100.000 €) ;

Enfin, nous envisageons également différents panachages entre rémunération et dividendes : 100 % dividendes ; 20/80 ; 40/60 ; 50/50 ; 60/40 ; 80 /20 ; 100 % rémunération.

Voici les résultats :

REMARQUES :

Dans cette première hypothèse, on constate que la SAS/SASU arrive en tête dans le cas où le dirigeant ne possède qu’une ou deux parts fiscales.

Toutefois, l’avantage est très ténu (1.750 € pour une part, 84 € pour deux parts), et il ne tient dans ce cas qu’à la condition de se rémunérer uniquement sous la forme de dividendes, ce qui implique d’attendre au minimum un an avant de se payer. En outre, les dividendes ne permettent d’acquérir aucuns droits pour la retraite ni de valider aucun trimestre.

Par ailleurs, dans le cas où le dirigeant ne percevrait aucun autre revenu d’activité professionnelle, ni aucune pension de retraite ou indemnité de chômage, le fait de ne percevoir que des dividendes le rendrait le cas échéant redevable de la CSM (Contribution Subsidiaire Maladie, dite aussi « cotisation PUMa »), laquelle s’élèverait dans cet exemple à 3.665 €.

Cette cotisation subsidiaire aurait donc pour effet de ramener le net disponible avec une SAS/SASU à l’I.S. à un niveau nettement inférieur à celui obtenu avec la deuxième formule la plus intéresssante également dans les trois cas, à savoir la SARL/EURL à l’I.S. et avec 100 % rémunération.

Source : Gérantdesarl.com